Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

09/05/2012

Publication de l'équipe du professeur Gabellini

Un article très intéressant vient d’être publié dans la revue Cell. Il s’agit d’une avancée dans la compréhension de la myopathie FSH. Les travaux ont été réalisés par Daphne Cabianca et l’équipe du professeur Gabellini (Milan, Italie) et financés, entre autres, par l’AFM.
Vous pouvez aller lire l’article en anglais qui est accessible intégralement sur le site de la revue (lien). Vous pouvez également lire (en français, et de manière plus synthétique), le communiqué de presse diffusé par l’AFM (lien).


J’ai essayé de lire cet article (du moins les passages importants) et de vous l’expliquer. Pardon par avance pour les approximations et les zones d’ombre (il en reste pas mal dans ma pauvre cervelle surmenée !...)

Rien que le titre est tout un poème :
« A Long ncRNA Links Copy Number Variation to a Polycomb/Trithorax Epigenetic Switch in FSHD Muscular Dystrophy ».

Tentative de traduction :
Un ARN non codant fait le lien entre le nombre de répétitions (D4Z4) et le déclenchement (de la transcription de gènes voisins) épigénétique par Polycomb et Trithorax dans la FSH.

Comme vous le savez sans doute, la FSH est associée à une zone de répétition située sur le chromosome 4 en 4q35. Le nombre de répétions d’un motif appelé D4Z4 est supérieur à 11 chez les personnes saines et inférieur à 10 chez les malades FSH.
Selon les auteurs de cet article, la variabilité de sévérité de l’atteinte et son asymétrie suggèrent fortement qu’elle est due à un phénomène épigénétique (= non lié à UN gène particulier, et donc à UNE protéine, comme la myopathie de Duchenne par exemple, mais lié à quelque chose qui se passe « autour » du gène). Et de fait, la méthylation de l’ADN et la structure de la chromatine (« enveloppe » de l’ADN dans sa forme compactée) sont altérés chez les patients FSH. Ces changements provoquent la de-répression de plusieurs gènes dans la région 4q35 (c'est-à-dire que ces gènes, par exemple DUX4, mais aussi FRG1 etc., qui sont normalement « silencieux » deviennent actifs et produisent donc des protéines qui sont toxiques pour le muscle). Mais le déclencheur de ce phénomène était encore inconnu.

Polycom (PcG) et Trithorax (TrxG) sont des groupes de protéines qui régulent l’expression des gènes.
Les auteurs font l’hypothèse que chez les sujets sains, le PcG se fixe sur les répétitions D4Z4 et empêche les gènes voisins de s’exprimer. Chez les patients FSH, le faible nombre de répétition D4Z4 ne permet pas l’action de « silençage » de PcG et provoque la production de DBE-T, un ARN non codant (= ncARN, ne fabriquant pas de protéine) qui permet aux gènes voisins de s’exprimer.
La complexité de la FSH pourrait être mieux expliquée si on l’envisage comme un syndrome du « gène voisin » (DUX4, mais aussi FRG1 et d’autres) et si on vise non pas de supprimer l’expression de tel ou tel gène, mais de supprimer le régulateur de l’expression de tous ces gènes.


DBE-T serait donc la cible thérapeutique à viser pour normaliser l’expression des gènes en 4q35.

 

gabellini.gif

Image issue de l’article : Cabianca et al., A Long ncRNA Links Copy Number Variation to a Polycomb/Trithorax Epigenetic Switch in FSHD Muscular Dystrophy, Cell (2012), doi:10.1016/j.cell.2012.03.035

27/04/2012

Test génétique pour le diagnostic de la myopathie FSH

Une publication d'octobre 2011 (à voir par exemple sur le site de l'AFM) annonçait la mise au point d'une peignage moléculaire.jpgnouvelle méthode de diagnostic de la FSH par peignage moléculaire. Cette recherche a été menée par une équipe française dirigée par Nicolas Lévy de l'hôpital de la Timone à Marseille et a été financée par l'AFM.

Un communiqué de presse de la société Genomic Vision datant du 16 avril annonce la commercialisation de ce test. Cette nouvelle a été relayée dans plusieurs revues professionnelles, comme les Echos ou le Quotidien du pharmacien.

Ce nouveau test par peignage moléculaire sera plus rapide et plus fiable que l'ancienne méthode, qui était peu concluante dans 20 à 40 % des cas.


Ajout du 31/5 : un article du journal "Les Echos" au sujet de Genomic Vision.

14/03/2012

Réunion d'informations sur la FSH en Ile de France

bassez.jpg

Cette réunion, dont nous vous avons parlé il y a quelque temps, a eu lieu le 10 mars. Nous étions nombreux (environ 80 personnes) à être venus écouter les présentations très intéressantes de : 

- Docteur Guillaume Bassez (consultation neuro-musculaire hôpital de Créteil) sur la prise en charge médicale de la myopathie FSH et le rôle des consultations spécialisées. Des questions ont porté sur :
  * la fixation chirurgicale des omoplates : elle doit être évaluée sous plusieurs angles (gain d'angle d'élévation du bras, meilleure posture, moins de douleurs, esthétique) à mettre en balance avec les risques (risques opératoires, douleurs post-opératoires)
   * la fréquence des consultations (à évaluer au cas par cas)

demonceaux.jpg

- Mme Julie Dumonceaux (chercheur à l'Institut de Myologie) qui nous a fait un exposé très intéressant sur la recherche, et sa focalisation actuellement sur les hypothèses DUX4 et FAT1.

michon.jpg

- Mme Claire-Cécile Michon (psychologue à la consultations neuro-musculaire hôpital de la Salpêtrière et psychologue conseil à l'AFM) sur les conséquence psychologiques de la myopathie FSH sur les malades et leur entourage et sa prise en charge.

- M. Jean-Claude Riou (kinésithérapeute conseil à l'AFM) sur la prise en charge kinésithérapique , orthopédique et sur le programme de recherche clinique riou.jpgen cours à Saint-Etienne par le Dr Féasson sur "entraînement physique et FSH". Il a insisté sur le fait que tout kinésithérapeute de ville est en mesure de prendre en charge notre pathologie, et que les praticiens peuvent prendre conseil à l'AFM auprès de lui-même (jcriou@afm.genethon.fr) ou de son confrère M.Devaux (cdevaux@afm.genethon.fr).

Si quelques personnes ont été mécontentes en début de réunion de l'exiguité de la salle (nous avons été victimes repas.jpgde notre succès...) et de la difficulté pour se garer (à Paris c'est inévitable), la majorité des participants était très satisfaite de la journée qui a permis d'informer les malades et de rompre le sentiment d'isolement induit par cette maladie rare lors d'un repas convivial. Elle aura permis aussi aux participants de mieux connaître l'AFM, son réseau de professionnels et le Groupe d'Intérêt animé par des bénévoles. 

 

01/02/2012

Conférence FSH internationale aux USA

Une rencontre internationale sur la FSH a été organisée par la FSH society  fshSqLogo.gif(association étasunienne présidée par Daniel Paul Perez), les 7 et 8 novembre 2011 à Boston, Massachusetts USA. Elle était financée (entre autres) par l’AFM.

Les co-présidents de séance étaient : Robert H. Brown (university of Massachusetts, USA) et Silvère van der Maarel (Leiden university, Pays-Bas).

Elle réunissait des chercheurs de tous les pays pour faire le point des avancées de la recherche sur la myopathie FSH. Il y a eu 34 présentations (en plus des présentations par posters), dont de nombreuses de chercheurs américains.

adn2.jpgIl y a eu aussi, ce qui est intéressant, une reconnaissance de 10 points prioritaires pour l'entente entre les chercheurs internationaux.

Le pdf des abstrats des conférences est téléchargeable sur le site de la FSH society (lien vers le site - lien vers le pdf). 

Nous préparons une traduction des titres des présentations (ce qui est déjà assez ardu !). 

Voir aussi sur la page Actualités du site de l'AFM (colonne de droite) : le nouveau diagnostic par peignage moléculaire (équipe de Nicolas Levy à Marseille) et l'ARN interférant (nous en avons déjà parlé ici).

09/01/2012

La réunion d’information aux Familles du 26 novembre 2011, à Toulouse.

Le groupe d’intérêt FSH de l’AFM a eu sa première réunion d’information et de rencontre avec les malades FSH et leur famille du Sud Ouest de la France. Elle a eu lieu à la Salle des Fêtes du FAUGA, près de Toulouse, un endroit facilement accessible. Une quarantaine de personnes s’étaient inscrites.

Dr-Arné-BES.JPG

Grâce à l’organisation efficace du Directeur du Service Régional, Christophe Divernet (photo 1) et de son équipe, nous avons bénéficié d’une journée riche en rencontre, informations et échanges.

Jean-Pierre Lamorte (Directeur du Service National des Délégations et Groupes d’Intérêt de l’AFM) nous a fait bénéficier de sa présence et de son soutien pour cette première action de notre groupe.

Les familles ont été accueillies avec une boisson chaude par la secrétaire du S.R., les techniciens d’insertion et Marie-Martine (responsable du Groupe FSH)

Christophe Divernet a présenté le programme de la journée ainsi que le Service Régional. Puis Jean-Pierre Cibot, accompagné de Marie-Martine Fleck, a présenté le Groupe FSH.

Julie-Dumonceaux-2.jpgLe Docteur Arné Bes (photo 1), Neurologue, représentant la Consultation pluridisciplinaire adultes de Toulouse a fait un exposé très clair sur un « état des lieux » de la FSH et sa prise en charge. Elle a introduit, en amorçant le sujet sur la recherche, Julie Dumonceaux de l’Institut de Myologie (photo 2). Venue de Paris, elle a eu le mérite de présenter un historique des avancées de la recherche sur la myopathie FHS, compréhensible par tout le monde. Mérite d’autant plus grand au vu de la complexité qui caractérise notre pathologie. A la question principale  « quand un traitement qui nous guérira ? », elle a répondu ne pouvoir encore fixer d’échéance précise.

La pause de midi (photo 3) s’est passée dans la bonne humeur et a été l’occasion de discutions, questions et échanges de pair à pair.Repas-Toulouse-2.jpg

L’après midi était consacrée à l’aspect physique et rééducatif. Tout d’abord par un exposé de Jean-Claude Riou, (Kiné-Conseil de l’AFM) sur la kiné passive, active, respiratoire,  etc. Il n’y a pas de rééducation spécifique pour la FSH, mais plutôt du cas par cas. Le Docteur Cossé a pris la suite et parlé de l’essai en cours sur le protocole de réentrainement à l’effort. Cet essai se fait surtout au CHU de Saint Etienne. Bien qu’en cours, il semble déjà confirmer le bénéfice musculaire des patients FSH par l’exercice physique. 

Avant de se quitter, Jean-Pierre Cibot et toute l’équipe du SR ont remercié tous les intervenants ainsi que les participants, espérant que cette journée ait bien été à la hauteur de leurs attentes.

07/12/2011

Myobank

La branche scientifique de l’AFM est très active et très importante. Parmi ses actions, elle vérifie, valide, informe de tout ce qui se fait en matière de recherche et de découverte sur le chemin vers la guérison des myopathies. Elle a été à l’origine de l’Institut de Myologie à l’Hôpital de la Pitié-Salpétrière de Paris. L’AFM a également créé une banque de tissus pour la recherche : MYOBANK. C’est un service à part entière (à but non lucratif) de l’Institut de Myologie, agréé par le Ministère de la Recherche. 

MYOBANK nous concerne tous. De quelle façon ? 

chir.jpg

• Vous êtes atteint d’une maladie neuromusculaire, ou l’un de vos proches. 

• Vous allez devoir subir une intervention chirurgicale, que cette intervention concerne votre maladie neuromusculaire ou pas.

• Vous désirez participer à la recherche et à la découverte de thérapeutiques innovantes pour les maladies neuromusculaires. 

Vous allez pouvoir aider la recherche sur votre maladie (et/ou celle de vos proches) en autorisant MYOBANK à collecter, au moment de votre intervention chirurgicale, des tissus considérés comme des « résidus chirurgicaux » (et qui sont systématiquement incinérés). C’est votre chirurgien qui sera habilité à faire ces prélèvements. Grâce à ce don, l’AFM met à disposition des équipes de recherche des tissus à des fins strictement scientifiques. 

carte don 1.JPG

Pour participer à cette action, contactez-nous (fsh@afm.genethon.fr) ou contactez votre Service Régional qui vous enverra tous les détails de la marche à suivre (facile) ainsi que la carte de don de résidus chirurgicaux.Pour de plus amples informations, consultez le site AFM (lien) ou la fiche technique (lien vers le pdf).


Ou contactez directement myobank, au minimum 72h avant l'intervention :

Par mail : myobank-afm@institut-myologie.org
Par téléphone : 06 60 32 08 36 ou 01 42 17 74 63 / 75 06 

 

logo_myobank.jpg

Quelques chiffres sur l’action de MYOBANK, entre 1996 et 2010 : 84 collaborations avec des praticiens, 190 collaborations avec des chercheurs, 147 pathologies, dont 55 maladies neuromusculaires, 5745 donneurs, 9845 échantillons cédés depuis 1996, plus de 50 travaux et publications.