Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

03/02/2016

Un nouveau pas vers le traitement de la FSH

Un article vient d’être publié par l’équipe de Julie Dumonceaux de l’Institut de Myologie (IM).

Julie nous a aimablement envoyé une copie de son article et a accepté de relire cette page, nous lui envoyons nos plus vifs remerciements !

Tout d’abord, un petit rappel de biologie cellulaire :

Le gène est une petite brique de l’ADN (Acide Désoxyribo Nucléique) contenu dans le noyau de nos cellules. L’ADN contient toutes les informations nécessaires au fonctionnement de notre corps et tout notre patrimoine génétique. Le gène contient la "recette" pour fabriquer une protéine. Cette fabrication se produit en 2 temps :

- Dans le noyau, l’ADN s’ouvre et le gène est copié, c’est la transcription (voir l’animation ici). La copie s’appelle pré-ARN messager (ARNm Acide Ribo Nucléique messager ou mRNA en anglais). Après une étape de maturation (ajout d’une coiffe (tête) et d’une queue polyA), le pré-ARNm se transforme en ARNm et sort du noyau vers le cytoplasme.

transcription.jpg
cliquez sur l'image pour la voir en grand

- Dans le cytoplasme, l’ARNm est utilisé par les ribosomes pour fabriquer la protéine. C’est la traduction (Voir l'animation courte ou l'animation plus longue).

traduction.jpg

L’étude de l’équipe de l’IM s’intéresse à l’ARNm du gène DUX4, qui semble le principal responsable de la myopathie FSH.

Explication de Julie :

« Cette approche est basée sur l’utilisation d’oligonucléotides Antisens (AO), qui est une technique connue et déjà utilisée dans des essais cliniques. Mais alors que les AO sont classiquement utilisés pour dégrader l’ARNm ou bloquer la traduction, nous avons pour la première fois ciblé le signal de polyadenylation du pré-ARNm de DUX4. Nous avons donc empêché la maturation de l’ARNm et avons bloqué l’ajout de la queue polyA.

La polyadenylation est une étape essentielle à la maturation des pre-ARNm, sans laquelle leur transport dans le cytoplasme, leur stabilité ainsi que leur traduction est affecté. Nous avons observé une diminution de la quantité de l’ARNm DUX4 en présence de l’AO. Nous avons aussi observé une diminution de l’activation des gènes en aval de DUX4, montrant ainsi une diminution des marques moléculaires caractéristiques de la FSHD.

Nous proposons donc une nouvelle approche de thérapie génique, et nous avons démontré son efficacité in vitro sur la FSHD. De plus, cette approche est potentiellement applicable à l’immense majorité des ARNm, puisque presque tous sont polyadénylés, et peut être utilisée pour des applications tant fondamentales qu’appliquées. »

15/01/2016

meilleurs voeux !

Tout d'abord, le Groupe d'Intérêt FSH de l'AFM vous présente ses meilleurs vœux pour la nouvelle année !

Avec de l'amour, de la joie, de l'enthousiasme dans vos activités,

et puis aussi des avancées médicales et scientifiques vers un traitement pour notre maladie.

cartvoeux_2016_afm.gif

 

Pôles stratégiques

Pour ceux d'entre-vous qui lisez la revue VLM de l'AFM, vous avez dû repérer cet article sur les pôles stratégiques neuromusculaires.

Pour ceux qui n'ont pas lu l'article, voici un résumé :

L'AFM s'engage dans la création (et finance) des regroupements de compétences dans des pôles stratégiques autour du développement thérapeutique.

Un premier regroupement à Marseille, baptisé MNH-Decrypt, est coordonnée par Nicolas Lévy. Le deuxième, à Paris, baptisé Translamuscle, est coordonné par Frédéric Relaix. Chacun d'eux propose un programme de recherche sur 5 ans, pour un regroupement de laboratoires, alliant recherche fondamentale et clinique. Chacun de ces deux pôles va travailler, entre autres, sur la FSH ! Bonne nouvelle !

Voyez aussi cet article sur les pôles stratégiques de l'AFM vus de l'Université.

 

Essai aTyr pharma

Nous vous parlions cet été de cet essai clinique démarré à Marseille. L'Institut de Myologie vient de rejoindre cet essai et recrute des patients parisiens.

Voyez la fiche de l'essai clinique en anglais ici. Vous y trouverez en particulier les coordonnées du Dr Teresa Gidaro qui dirige cet essai et qui est en cours de recrutement (contrairement à ce qui est indiqué dans la fiche).

26/08/2015

Rôle de FAT1 dans la FSH

Comme promis dans notre article précédent, voici un résumé / traduction d'un article publié récemment par l'équipe de Julie Dumonceaux de l'Institut de Myologie sur le rôle de FAT1 dans la FSH.

Vous pouvez consulter également la brève publiée sur le site de l'AFM et le résumé sur PubMed.

 

Correlation between Low FAT1 Expression and Early Affected Muscle in Facioscapulohumeral Muscular Dystrophy
(Corrélation entre un faible niveau d’expression de FAT1 et les muscles atteints précocement  dans la FSH)
Virginie Mariot et al. – Annales de neurologie juillet 2015


Traduction et résumé de l’article par SG


En 2013, une équipe française a montré qu’un modèle de souris sous exprimant le gène FAT1 reproduisait des anomalies musculaires similaires à celles observées dans la myopathie FSH. Plus récemment, une collaboration franco-japonaise a mis en évidence des mutations dans le gène FAT1 chez 49 personnes atteintes d’une myopathie de type FSH.
Il était donc nécessaire de clarifier le rôle de FAT1 dans la FSH.

L’expression de FAT1 a été étudiée dans les muscles fœtaux et adultes FSH. Cette étude réalisée dans le laboratoire de Julie Dumonceaux à l’Institut de Myologie a été en partie financée par l’AFM-Téléthon.


Les principales observations sont :
-    Dans les muscles fœtaux (non FSH) : FAT1 est moins exprimé dans les muscles habituellement affectés précocement dans la FSH.
-    Dans les muscles adultes FSH (1 ou 2) l’expression de FAT1 est plus faible que chez les patients contrôles.


Ces résultats permettent de proposer un nouveau modèle pour la FSH qui complète les découvertes récentes sur le rôle de DUX4. Dans ce nouveau modèle, FAT1 détermine la localisation des muscles précocement affectés par la FSH. FAT1 et DUX4 ne se régulent pas l’un l’autre mais participeraient tous les deux indépendamment à l’apparition des symptômes. Le groupe de J. Dumonceaux avait proposé précédemment que puisque DUX4 est exprimé au stade fœtal mais que les symptômes n’apparaissent que 15 à 20 ans plus tard, il devait y avoir un autre événement en cause. Cet événement pourrait être le niveau d’expression de FAT1 : ce qui détermine si un groupe de muscle sera affecté précocement ou tardivement est le niveau d’expression de FAT1. Si ce niveau est élevé, le muscle est épargné longtemps ; si le niveau est bas le muscle est atteint plus tôt. En présence de DUX4, le seuil d’expression de FAT1 nécessaire à la protection du muscle est plus élevé, et les muscles sont fragilisés.


Un haut niveau de DUX4 et un faible niveau de FAT1 serait donc le facteur déclenchant de la FSH.


Il reste des questions non résolues : Quand le niveau de FAT1 participe-t-il au déclenchement de la FSH ? Est-ce au stade fœtal, après la naissance, ou les deux ? Comment l’expression de FAT1 participe-t-elle à la fonte musculaire ?

10/08/2015

revue de presse

Une petite revue de presse des articles publiés ces derniers mois :

 

presse.jpg

 

- un article de R.Tawil et al. (université de Rochester, NY, USA) sur la prise en charge de la myopathie FSH ; l'équivalent de l'article de S.Attarian et al. publié en 2012 (ici) dont j'avais extrait les recommandations concernant la vision et l'audition (ici).

- un article de A.Hazenberg et al. (Pays-Bas) sur un cas de FSH avec problèmes respiratoires dus à une paralysie du diaphragme, qui souligne encore la nécessité de ne pas négliger les problèmes respiratoires chez les FSH.

 

respiration-diaphragmatique.gif

 

- un article de E.Lareau-Trudel et al. (CHU La Timone Marseille) sur la mesure par IRM de la fraction graisseuse dans les muscles, qui pourrait être une mesure intéressante de la progression de la FSH, utilisable pour les essais cliniques (biomarqueur). Cet essai est réalisé en parallèle de l'essai aTyr pharma dont nous vous avons parlé en juillet (ici).

 

irm.jpg

- un article de E.Kim et al. (CNRS Univ. Paris sud Gustave Roussy) qui a étudié la protéine ZNF555 qui pourrait avoir un rôle dans la FSH.

***

Notre prochain article sera consacré à une publication récente de J.Dumonceaux (Institut de myologie) sur le rôle de FAT1.

 

20/07/2015

Essai clinique aTyr pharma (Resolaris)

Entretien avec le Pr Attarian le 17/6/2015
(Par Sylvie Genet pour le GI FSH de l’AFM)

J’ai rencontré le Pr Attarian à ma demande pour avoir des renseignements sur l’essai clinique aTyr pharma ATYR1940 (ou Resolaris).
Il m’a présenté le Dr Emmanuelle Campana (PH) qui l’aide à réaliser cet essai.


Ce dernier a lieu sur 2 sites aux USA (New-York, pas encore ouvert, et Ohio) et 3 sites en Europe : en France à Marseille, aux Pays-Bas et en Italie à Rome. Les atouts de Marseille pour cet essai sont le regroupement en un même lieu de la clinique, des labos génétiques et de l’IRM musculaire et la bonne coopération entre ces services.

atyr.jpg
La molécule testée par  aTyr pharma a été publié dans Science, c’est un labo fiable. La reconnaissance de statut de médicament orphelin par l’EMA (Agence Européenne du Médicament) est une garantie que le processus de l’essai clinique est correct.
Le principe du médicament aTyr 1940 est une action anti-inflammatoire. L’inflammation est due au mécanisme génétique qui détruit le muscle. L’objectif est de stopper (ou ralentir) l’évolution, pas de guérir. L’IRM mesure l’inflammation. (Pour une explication plus précise en anglais voir ce lien)


L’objectif de l’essai de phase I est d’étudier la toxicité (jusque-là, aucun effet toxique n’a été observé). Mais on en profite pour relever d’autres paramètres.

timone.jpg


Recrutement : 24 patients en tout, 8 à Marseille. 120 patients de la consultation de Marseille ont été contactés depuis août 2014. La phase de sélection est difficile, il y a des critères de sélection. Cette sélection est basée en particulier sur les critères de l’IRM musculaire que l’on ne peut pas prédire à l’avance. Environ 25% des patients remplissent ce critère. D’autre ne peuvent pas être inclus, en particulier les patients sous supplémentation en antioxydants (Montpellier). Actuellement 7 patients ont été inclus, il en manque encore 1. Les patients recrutés ont une perfusion par semaine pendant 12 semaines, donc il faut qu’ils soient disponibles et proches de Marseille (les frais de déplacement sont pris en charge).

attarian.jpg

Le Pr Attarian est très content que cet essai se déroule à Marseille. C’est satisfaisant pour les médecins d’avoir enfin un essai thérapeutique à proposer aux malades FSH. Le démarrage de cet essai va entraîner une dynamique de progrès sur la FSH. Il a observé cela lors d’un essai clinique sur la maladie de Charcot-Marie-Tooth (essai clinique phase III en cours).

27/06/2015

Réunion sur la préparation aux essais cliniques pour la FSH

La deuxième réunion "Se préparer aux essais cliniques pour la FSH" s'est tenue les 29 et 30 mai 2015 à l'université de Rochester (USA). Elle a réuni plus de 50 participants du monde entier (je reconnais le Dr Sabrina Sacconi du CHU de Nice), y compris des représentants de l'industrie, de la FDA américaine et de l'équivalent US du ministère de la santé, ainsi que des associations de patients.

Elle était organisée par la FSH society, FSHD Stichting des Pays-Bas et FSHD Global Research Foundation d'Australie.

L'objectif était de faire le point sur les biomarqueurs et les mesures qui permetront d'évaluer les résultats des futurs essais cliniques.

Davantage de détails (en anglais) sur ce lien.

Rochester_TrialReadiness_GroupPhoto-1024x682.jpg