Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

18/04/2018

thérapie antisens / antioxydants

Pour ceux qui comme moi se sont demandé, à la lecture de la lettre aux adhérents AFM-Téléthon de mars 2018, ce que sont "les développements précliniques des antisens dans la dystrophie facio-scapulo-humérale"  cités par Serge Braun, voyez ici un article intéressant de la FSH Society. Cet article est en anglais, si j'ai un peu de temps je vous le traduirai, à moins qu'un volontaire veuille le faire (signalez-vous en commentaire ou par mail à fsh@afm-telethon.fr). 

Les américains ne sont pas les seuls à travailler sur les antisens. Il y a aussi Julie Dumonceaux, nous en avions parlé ici, et Eugénie Ansseau à l'université de Mons (voir ici) par exemple.

Antisens.png

Pour ceux qui se demandent si la supplémentation en anti-oxydants est vraiment un traitement pour la FSH, une revue de la littérature scientifique a été publiée, voici le résumé, vous pouvez lire l'article complet en anglais ici

Les antioxydants sont-ils une thérapie potentielle pour la FSHD ? Une revue de la littérature.
Par Adam Philip Denny et Alison Kay Heather de l’université de Otago, Dunedin, Nouvelle Zélande.
Publié dans Oxidative Medecine and Cellular Longevity 12/6/17
Traduction-résumé par Sylvie pour le GI FSH de l’AFM

La FSH serait due, au moins partiellement selon la plupart des scientifiques, à l’expression du gène DUX4 alors qu’il ne devrait pas s’exprimer. La protéine DUX4 produite est un facteur de transcription qui conduit à l’expression d’autres gènes qui provoquent une réponse inflammatoire de la cellule. DUX4 est également responsable d’une cascade de dérégulation de gènes qui provoquent un stress oxydatif, une inflammation, et sont toxiques pour les muscles squelettiques et induisent leur atrophie.

Le stress oxydatif consiste en la production de radicaux libres ou de dérivés réactifs de l'oxygène (ROS en anglais pour reactive oxygen species). Des enzymes antioxydants assurent la protection des cellules de l’endommagement par les ROS. Mais les patients FSH ont une réponse altérée au stress oxydatif.

Stress-oxydant.png

Des auteurs ont montré qu’un traitement antioxydant pourrait être une option thérapeutique potentielle pour la FSHD. Des études ont également montré que l’exercice physique est bénéfique, et l’exercice induit un effet antioxydant et diminue le stress oxydatif.

Néanmoins, dans certaines situations les antioxydants peuvent devenir pro-oxydants et avoir l’effet inverse.

Il y a eu peu d’études cliniques sur l’effet des antioxydants sur la FSH. L’étude menée par E.Passerieux & al. (Montpellier) en particulier montre des résultats contradictoires à cause du faible nombre de patients (nous en avions parlé ici, l'article concluait d'ailleurs que l'étude allait être poursuivie à plus grande échelle, mais rien n'a encore été publié sur le sujet). D’autres études plus rigoureuses doivent donc être menées avant de pouvoir conclure sur le bénéfice d’une supplémentation en antioxydants dans la myopathie FSH. Si les recherches in vitro sont positives, il serait naïf des les étendre à la clinique.

Mais il est clair dans la littérature que l’exercice peut être un puissant antioxydant. Il serait intéressant d’étudier la combinaison d’exercice physique et d’antioxydants car la supplémentation en antioxydants pourrait avoir un effet négatif sur l’adaptation des muscles à l’exercice.

Écrire un commentaire