Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

27/11/2015

Téléthon

Le Téléthon, c'est dans une semaine !

telethon.jpg

L'argent est nécessaire pour la Recherche, c'est la mission "guérir" de l'AFM. Pour guérir les malades neuromusculaires, et plus largement les maladies rares.

Mais l'argent est aussi nécessaire pour informer, aider, conseiller les malades. Pour payer les professionnels qui aident les malades tous les jours dans leur parcours médical, social, dans l'obtention du droit à compensation de leur handicap.

Pour être sûr de ne pas oublier, vous pouvez faire un don tout de suite... smiley.jpg

Vous avez un lien "faire un don" dans un rectangle jaune à droite du titre de cet article. Il n'y a qu'à cliquer, c'est facile !

C'est aussi un bon encouragement pour nous, le Groupe d'Intérêt FSH, et les rédacteurs de ce blog, car le compteur indique combien d'euros ont été collectés en passant par notre blog. Alors je compte sur vous !

24/11/2015

Revue de presse scientifique

FSH et fonction respiratoire

En 2013, nous avions réalisé un mini-sondage pour évaluer les problèmes respiratoires dans la FSH, et ce sujet avait été évoqué lors du GRAF de 2013 (voir l'article que nous avions publié sur le blog à l'époque).

Suite à cette action, nous avions rencontré de Dr Lofaso, responsable des explorations respiratoires à l'hôpital de Garches, et il a fait travailler un thésard sur ce sujet. Les résultats de cette étude viennent d'être publiés. Voir le résumé en français sur le site de l'Institut de myologie et l'abstract en anglais. Il rappelle que le suivi de la capacité respiratoire est important dans la myopathie FSH, en particulier pour les personnes les plus atteintes et/ou en surpoids. 3% des patients suivis à l’Institut de Myologie ont recours à une assistance respiratoire, ce qui est loin d’être négligeable.

 

Diagnostic génétique

Voir sur le site de l'AFM l'article sur la confirmation de l’efficacité du peignage moléculaire.

 

C'est tout pour aujourd'hui ! smiley.jpg

 

05/11/2015

La technique d’interférence génique utilisée dans la myopathie FSH

Traduction / résumé de l’article publié par la FSH society par Sylvie

Le laboratoire de Peter Jones, à l’école de médecine de l’université du Massachussetts USA (UMMS), financé, entre autres, par la FSH Society et l’AFM-Téléthon, vient de publier un article annonçant l’efficacité, sur des cellules humaines en culture, d’une méthode de thérapie du gène, appelée CRISPR/dCas9, qui repose sur la modification du génome (méthode de « gene editing ») pour « éteindre » la séquence d’ADN impliquée dans la myopathie FSH de type 1 (FSHD1).

C’est une « première » à double titre : première utilisation de la technique CRISPR dans la FSH et première utilisation dans des cellules musculaires humaines en culture.
Le système CRISPR/Cas9 est issu de la découverte d’un mécanisme employé par les bactéries pour « nettoyer » leur génome des gènes étrangers, une sorte de système immunitaire primitif. Les biologistes ont détourné ce système naturel afin qu’il vise cette fois des séquences spécifiques du génome. Contrairement à la technique CRISPR/Cas9 qui coupe les séquences d’ADN pour les modifier ou les supprimer, la technique CRISPR/dCas9 ne coupe pas les séquences d’ADN visées mais modifie leur expression, ce qui limite le risque d’effets indésirables.

crispr.jpg


Dans la FSH, le gène DUX4, qui est localisé dans la région D4Z4 du chromosome 4, est exprimé alors qu’il ne devrait pas l’être, à cause d’une modification (déméthylation) de la chromatine (un complexe de molécules qui entoure le chromosome). Cette expression de DUX4 provoque une cascade d’événements qui conduit à la destruction des cellules musculaires. C’est ce qu’on appelle un phénomène « épigénétique », c’est-à-dire qu’il met en cause le gène mais aussi l’environnement du gène.

L’équipe de l’UMMS a décidé de cibler par la technique CRISPR/dCas9 non seulement DUX4, mais aussi, plus largement, plusieurs régions de la région D4Z4, provoquant ainsi le retour de la chromatine dans un état « normal ». Et ils ont observé une diminution de l’expression de DUX4 sur les cellules musculaires humaines in vitro.


* les cellules primaires proviennent directement du tissu musculaire ; une fois mises en culture, ces cellules donneront des cultures dites secondaires