Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

26/08/2015

Rôle de FAT1 dans la FSH

Comme promis dans notre article précédent, voici un résumé / traduction d'un article publié récemment par l'équipe de Julie Dumonceaux de l'Institut de Myologie sur le rôle de FAT1 dans la FSH.

Vous pouvez consulter également la brève publiée sur le site de l'AFM et le résumé sur PubMed.

 

Correlation between Low FAT1 Expression and Early Affected Muscle in Facioscapulohumeral Muscular Dystrophy
(Corrélation entre un faible niveau d’expression de FAT1 et les muscles atteints précocement  dans la FSH)
Virginie Mariot et al. – Annales de neurologie juillet 2015


Traduction et résumé de l’article par SG


En 2013, une équipe française a montré qu’un modèle de souris sous exprimant le gène FAT1 reproduisait des anomalies musculaires similaires à celles observées dans la myopathie FSH. Plus récemment, une collaboration franco-japonaise a mis en évidence des mutations dans le gène FAT1 chez 49 personnes atteintes d’une myopathie de type FSH.
Il était donc nécessaire de clarifier le rôle de FAT1 dans la FSH.

L’expression de FAT1 a été étudiée dans les muscles fœtaux et adultes FSH. Cette étude réalisée dans le laboratoire de Julie Dumonceaux à l’Institut de Myologie a été en partie financée par l’AFM-Téléthon.


Les principales observations sont :
-    Dans les muscles fœtaux (non FSH) : FAT1 est moins exprimé dans les muscles habituellement affectés précocement dans la FSH.
-    Dans les muscles adultes FSH (1 ou 2) l’expression de FAT1 est plus faible que chez les patients contrôles.


Ces résultats permettent de proposer un nouveau modèle pour la FSH qui complète les découvertes récentes sur le rôle de DUX4. Dans ce nouveau modèle, FAT1 détermine la localisation des muscles précocement affectés par la FSH. FAT1 et DUX4 ne se régulent pas l’un l’autre mais participeraient tous les deux indépendamment à l’apparition des symptômes. Le groupe de J. Dumonceaux avait proposé précédemment que puisque DUX4 est exprimé au stade fœtal mais que les symptômes n’apparaissent que 15 à 20 ans plus tard, il devait y avoir un autre événement en cause. Cet événement pourrait être le niveau d’expression de FAT1 : ce qui détermine si un groupe de muscle sera affecté précocement ou tardivement est le niveau d’expression de FAT1. Si ce niveau est élevé, le muscle est épargné longtemps ; si le niveau est bas le muscle est atteint plus tôt. En présence de DUX4, le seuil d’expression de FAT1 nécessaire à la protection du muscle est plus élevé, et les muscles sont fragilisés.


Un haut niveau de DUX4 et un faible niveau de FAT1 serait donc le facteur déclenchant de la FSH.


Il reste des questions non résolues : Quand le niveau de FAT1 participe-t-il au déclenchement de la FSH ? Est-ce au stade fœtal, après la naissance, ou les deux ? Comment l’expression de FAT1 participe-t-elle à la fonte musculaire ?

Les commentaires sont fermés.